Rétrospective et perspectives féministes. le tete d'Anne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rétrospective et perspectives féministes. le tete d'Anne

Message par Admin le Ven 29 Avr - 15:31


Chères amies, je vous propose quelques repères pour notre réunion. Depuis
des décennies j'ai affronté des centaines de réunions où j'ai observé les
mêrmes dérives qui enngendrent frustration et déception. Le foutoir habituel
des réunions féministes est sans doute une des formes de notre peu d'estime
les une pour les eautres. Pour être féministe on, n'en est pas moins
femme...Pourquoi ne pas nous offrir l'attention et la concentration
auxquelles nous consentons dans d'autres réunions de travail ? Voila
pourquoi je n'ai pas voulu prendre la responsabilité de notre
groupe.Beaucoup échaudée, mais pas complèteùent désespérée...
Quelques pistes pour être le mieux poxssible ensemble et faire du
bon travail. :
- Lire attentivement les textes et remarques des autres, y répondre ne fut
ce que succinctement. Et puis donner son point de vue. Mais éviter de
prendre le texte de l'autre comme prétexte à placer sa salade. Cela demande
une grande discipline, un respect de l'autre et une mise en veilleuse de
l'EGO. Pas facile
-En réunion, s'écouter, ne pas interrompre, réagir à ce qui est dit et pas à
ce qu'on a envie de dire. Commenter chacune des contributions et dégager
leur point commun pour arriver à se définir.
-Avoir un ordre du jour qu'on suit. fAIRE UNE SYBTH7SE a LA FIN
-Ne pas trop attendre tout de suite trop du groupe, prendre le temps de se
connaître, de réfléchir calmement. Ne pas s'empresser de conclure : "ça va
dans tous les sens". Il faut aller dans plusieurs directions pour trouver la
bonne. Apprécier déjà ce que nous sommes : un groupe d'échanges, de
conversation ( au sens noble du terme ) de convivialité à construire. Nous
ne nous situons pas dans la nécessié de produire à tout prix et dans les
critères obligés. L'oppression des femmes a des millénaires d'existence...
La manière de faire est la condition pour bien faire.
Ce texte est ouvert. Et appelle des remarques. Amiti&és . Anne

Admin
Admin

Messages : 6
Date d'inscription : 28/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://vigiefeministe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Commentaires alice sur comment Annie sur texte Anne

Message par Admin le Ven 29 Avr - 15:37

Mes remarques sont en rouge (suivi de modification) Alice
Mes remarques sur « Rétrospective et perspectives féministes »

(1) Le préalable à notre réflexion et action, est de dégager notre spécificité dans la mouvance féministe actuelle :
- OK sur la façon dont Anne a décrit les 2 vagues.

- A mon avis, même dans une vision prospective du féminisme,

- (a) on ne peut faire l’économie de la poursuite de la réflexion sur le thème de la violence car rien n’est réglé.
J’ai fait une conférence sur le sujet récemment : cette question avait été oubliée dans la « Convention pour l’élimination des discriminations à l’encontre des femmes ». On reconnait maintenant qu’elle est révélatrice d’un statut d’infériorité imposé, elle est une façon d’empêcher les femmes d’accéder à leurs droits. C’est une autre forme de maitrise de leur personne. Donc il y a bien cohérence avec la notion de libération et de droit de maitriser notre corps. Il est intéressant de noter qu’en Amérique centrale il y a plus de femmes tuées que dans la province de Malala. Le machisme latino et l’islamisme se rejoignent.

Certes mais c’est le système de gouvernement avec la drogue et la criminalité qui autorisent cela en l’absence de l’intervention des gouvernements corrompus, le chaos profite toujours aux sauvages contre les femmes.

- (b) Il manque aussi la réflexion sur la laïcité et son rapport au féminisme.
Là aussi j’ai dû faire une conférence sur le sujet et l’on voit à quel point c’est un principe émancipateur, qui comme la déclaration des droits de l’homme et du citoyen n’a pas été pensé pour les femmes, mais dont on s’est emparées.
Oui mais ne peut-on penser que la loi de 1905 ait été aussi et surtout imaginée sous la pression des femmes particulièrement brimées par la morale des églises misogynes? La laïcité a été rangée par les féministes parce qu’elle allait de soi jusqu’à ce que l’islam revienne sur ses acquis

- (c) Il faut aussi poursuivre (et c’est lié à la laïcité) le combat pour les droits sexuels et reproductifs car il n’est toujours pas terminé.
Chaque religion fait une obsession sur le corps des femmes : les cathos avec l’IVG et l’islam avec l’invisibilité via le voile, mais ils se sont unis en 1994 pour bloquer la conférence du Caire sous la houlette du pape polonais pour que le droit à l’iVG ne soit pas un droit fondamental mais géré au niveau national dans le « plein respect des religions »… 20 ans après, impossible d’obtenir la dépénalisation universelle de l’IVG à cause de cette alliance des religions. C’est une violence d’Etat contre les femmes.
Indiscutablement l’islam est le meilleur allié de l’intégrisme catho et inversement


- Faut-il se poser la question des mouvements féministes ailleurs ?
Du fait qu’il y a les conférences mondiales des NU et des conventions, c’est une façon d’affirmer la reconnaissance de l’universalité de nos exigences.

Il me semble qu’il serait judicieux de partir de thèmes (sujets, questions,…) et de voir comment ils sont traités ailleurs, d’y rechercher de « bonnes pratiques » et analyses

S’agissant de la 3e vague : « A-t-elle commencé avec la revendication de parité ? ».
- Je trouve cette idée très intéressante.
J’ai tout de suite était favorable au concept de parité tout en me posant des tas de questions sur : est-ce une entorse à l’universalisme (point de vue d’E. Badinter) ? Comment le justifier ? On part d’une réalité : on nait femme ou homme, tout doit être à cette image, sinon c’est qu’il y a distorsion. Il me semble qu’on peut encore creuser le sujet.
Le problème est que la notion de parité a été détournée de ses fondements pour n’être qu’appliquée aux partis et institutions publiques et privées. On ne sait plus aujourd’hui de quoi on parle et les décideurs en profitent : parité, égalité, équivalence, compensation, complémentarité (avait choqué les Tunisiennes dans leur nouveau statut personnel http://www.slateafrique.com/92845/revue-de-presse-tunisie-complementarite)...

- S’agissant du sport, j’y vois aussi autre chose (cf mon message précédent) : l’appropriation par les hommes en tant que droit exclusif de l’utilisation de la violence, violence guerrière ou sportive. Car le sport a des origines guerrières.
Le foot et tout ce qui se passe dedans et autour est une allégorie de la guerre tellement ancrée que le vocabulaire courant en est impreigné (botter en touche, carton rouge, feinter, banc de touche, crucifier, capitaine, forfait, etc.
- Quand je travaillais avec des X, j’entendais : jouer à trois bandes, c’est dans les tuyaux…

(2) Quelques constats (a)- Le féminisme engage une séparation politique entre femme et homme. (b) Il invite au retour sur soi des femmes Cavalières seules. Un « nous » des femmes se dessine timidement.

- OK avec ce constat. Mais je pense qu’on n’est pas allées assez loin dans la réflexion sur cette coupure nécessaire. Il y a sans doute une utopie à imaginer notamment en termes d’architecture des habitations. Celles-ci sont pensées en termes de couple, de « chambre parentale » … etc.

(3) Et maintenant ? En gros le combat féministe reste dans le domaine de l’égalité : quid de l’implication des hommes, de la subversion des rôles sociaux. Alignement altermondialiste, antiracismes, etc. Passé à côté du problème islam…retour dans le giron masculin.
- OK, (voir cependant « Zéro macho » mais je ne connais pas bien.
Je vois apparaitre enfin des textes qui font la chronologie d’une forme de dérive de l’antiracisme qui vient de la loi de 1972. Nous devons nous reposer la question de ce qui s’est passé alors, nous-même avions voulu ajouter le mot sexe à cette loi. A creuser.
Oui, il est très fâcheux et significati que « sexisme » ne soit pas dans la loi
Il y a peut-être là du grain à moudre

.
(4) Dans quelle voie authentique et conforme à sa ligne historique pourrait s’engager le féminisme ? L’interpellation du genre masculin. (Voies déjà défrichées : questionnaient la virilité (contraception masculine, paroles d’hommes…) /accueil des hommes violents/ affiche antisexiste « Pas touche à mon homme » / pénalisant les clients de prostituées) = des prémisses d’une voie à venir. Le problème c’est l’homme. Mais le genre en cause est le masculin. Il faut désormais s’attaquer au genre premier fauteur de troubles. . Analyser les phénomènes de projection sur les femmes de la fragilité et de la détresse masculine. Pointer les figures du malaise masculin ; désigner les prisons où il s’est enfermé.
- Tout à fait d’accord. Cela donne des perspectives de solution aux combats nos achevés que j’ai cités plus haut (violence notamment, religions, dépénalisation IVG, ..) car changer le modèle masculin mais aussi féminin, est sans doute la seule piste contre les violences faites aux femmes.
- Je ne pense pas que vouloir changer le modèle masculin ou féminin soit une bonne approche
- Les femmes ont tendance à toujours vouloir changer les hommes et les gens en général
- Vouloir changer c’est aussi la démarche du PS qui le fait au forcing (mariage pour tous)
- Il serait intéressant de réfléchir à une autre approche par le rire, l’inversion, l’exemple, les arts, les happenings, etc.

- J’ai lu un article qui rappelait que 90% des détenus sont des hommes… leur prison est aussi concrète… voir aussi que comme les femmes ne sont que 10% leurs conditions d’incarcération sont plus mauvaises (éloignées de leur famille, temps de promenades très limités, …). Bref, c’est symbolique de la condition des femmes sur laquelle pèse celle des hommes…

- 90% des détenus sont des hommes dont 60% de musulmans et 30% de délinquants et criminels sexuels. La prison ne les arrange pas

- Voir aussi à quel point l’avenir de la planète est liée à la surpopulation dans les régions les plus pauvres, même si l’empreinte carbone de ces populations est la plus faible. Or cette question est taboue, alors qu’il suffit de la poser en termes de droit des femmes à disposer de leur corps et non d’obligation pour les pauvres de se maitriser…

- L’église joue un rôle important dans cette surpopulation car elle encourage la procréation et décourage la contraception

- A Beethleem, toutes les palestiniennes accouchent à la maternité de l’ordre de Malte pour fabriquer tranquillement leurs petits et petites djihadistes qu’elles enverront exploser avec des ceintures de bombes


Je terminerai avec Rimbaud le Voyant. Les poètes sont nos alliés.

Admin
Admin

Messages : 6
Date d'inscription : 28/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://vigiefeministe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum